Tomonori OZAWA, Traces

    S’étirant sous la double protection de Kannon et du havre de la prospérité, Uraga-Suidô a depuis des temps immémoriaux constitué une porte d’accès pour l’Est du Japon, et été le théâtre de nombreuses et flamboyantes démonstrations de pouvoir, d’amour et de dévouement. Le Commodore Perry a jeté l’ancre sur ce rivage au 19ème siècle, forçant le Japon à rouvrir ses frontières après plus de deux cent ans d’autarcie. C’est aussi dans cette baie que l’épouse du héros légendaire Yamato Takeru se serait jetée afin d’apaiser le courroux du dieu marin et permettre à son mari de poursuivre sa campagne avec succès. Réels ou légendaires, ces événements ont façonné l’histoire du Japon, marqué des débuts et fins d’époques.

    De nos jours, la passe est principalement fréquentée par les cargos. Cependant même ces ternes et massifs pourvoyeurs de biens quotidiens laissent leur trace, non pas dans les courants de l’histoire, mais plus concrètement dans les flots de la baie. Capturant patiemment ces traces avec son objectif, Tomonori Ozawa révèle leur beauté inattendue, nimbe d’une aura de magie et de poésie les acteurs les plus prosaïques de nos sociétés industrielles et de consommation ainsi que les rives polluées d’Uraga-Suidô. Avec une qualité presque picturale, les navires deviennent des bandes éthérées de couleurs sur la ligne d’horizon, unissant ciel et mer, homme et nature, en une harmonie intemporelle.

    Valérie Douniaux

    …………………………….

    Spreading under the auspicious protection of Kannon and of the haven of wealth, Uraga-Suidô has been since time immemorial a gate to Japanese eastern lands, the theater of many flamboyant demonstrations of power, love and dedication. Commodore Perry landed on these shores at the end of the 19th century, forcing Japan into the reopening of its frontiers after more than 200 years of seclusion. It is also into this bay that the wife of legendary hero Yamato Takeru is said to have leapt, in order to appease the ire of the sea god and allow her husband to succeed in his campaign. Real or legendary, these events have shaped the history of Japan, and marked the beginnings and ends of eras.

    Now the pass is mainly frequented by cargo ships. Yet even these massive and drab purveyors of everyday goods leave their trace, not in the flow of history, but more concretely in the flow of the bay’s waters. Patiently capturing these traces with his camera, Tomonori Ozawa reveals their unsuspected beauty, brings an aura of magic and poetry to the most prosaic actors of our industrial and consumption societies, and to the polluted shores of Uraga-Suidô. With an almost pictorial quality, the boats become ethereal bands of colour on the horizon, bringing together sky and sea, man and nature, in timeless harmony.

    Valérie Douniaux